Home
Blog

Comment la télévision peut affecter votre sommeil?

Patient regardant la TV
Patient regardant la TV

Après des années de recherche, j’ai trouvé quelque chose qui améliore vos habitudes de sommeil et qui consiste à faire de l’exercice à l’extérieur devant la télévision.

Somme toute, c’est le fait de regarder la télévision qui affecte votre sommeil.

Dans une note récente, des chercheurs de l’Université de Californie à Londres ont découvert que l’activité dans les zones primaires du cerveau stimulée par la télévision était similaire à celle stimulée par la conduite d’une moto à grande vitesse, et avait des durées de réponse plus courtes que l’activité en extérieur.

mémoire primaire

Une activité élevée dans une partie du cerveau peut entraîner la perte du sommeil profond normal, ce qui se traduit par une augmentation de l’éveil et de la consommation d’énergie. Ce qu’ils appellent le « sommeil de soixante secondes » fait référence à la quantité de sommeil donnée par un adulte après un repas, dans ce cas, un dîner.

Bien que le fait de regarder la télévision puisse augmenter la réponse du sommeil de soixante-douze secondes, les experts ne sont pas sûrs que cette forme de déficit de sommeil affecte les personnes qui n’ont pas évolué sur cette forme de déficit de sommeil.

Modification des prescriptions

Au cours des 30 dernières années, la médecine a pris conscience des effets du déficit de sommeil.

C’est dans nos médicaments.

Nous savons maintenant qu’il n’est pas si simple de les poser et de s’endormir.

Le déficit de sommeil est la notion selon laquelle notre corps peut se souvenir, en détail, d’événements qui se produisent au cours de la journée mais qui ne se produisent pas nécessairement avant l’endormissement et, plus alarmant encore, qui peuvent être un déclencheur de maladie

Un certain nombre d’études récentes ont établi des liens importants entre le sommeil et la santé.

Dans une étude novatrice, des chercheurs de Harvard ont établi un lien entre une longue durée de sommeil et une diminution du risque de divers troubles cérébraux, allant de l’épilepsie au trouble bipolaire et à la dépression.

Inversement, les scientifiques de Harvard ont démontré que la courte durée du sommeil est associée à un risque accru de dépression et d’insomnie, et d’insomnie en général ; un environnement idéal pour ceux qui développent une insomnie chronique.

suggestions de l’étude eeds

EWG.org conclut : « La nouvelle logique est que de longues périodes d’insomnie peuvent être bonnes pour votre cœur, mais pas pour votre cerveau. Notre cerveau a besoin de repos ».

La manière d’inverser cette association n’est toujours pas claire.

Mais une chose semble certaine.

L’effet négatif d’un manque de sommeil prolongé semble être plus prononcé le matin, avant le petit-déjeuner.

Certains chercheurs affirment même que le mécanisme « combattre ou fuir », qui est essentiellement un mécanisme permettant d’éviter le lever du soleil, est très actif la nuit et que ce processus fait baisser la mélatonine, ce qui entraîne un sommeil plus long.

Formation d’alcalins paraboliques

Une fois de plus, la recherche médicale semble être pessimiste sur la rétention d’une quantité suffisante de mélatonine (et donc sur le maintien du sommeil) par rapport à la réponse plus courte « sommeil ou veille ».

Dans une de ces études, publiée par la British Association for Medical Nutrition and Chronic Medicine, le Dr Mark Houston, de l’université de Reading, a dirigé son équipe de recherche pour étudier les niveaux de mélatonine et les réponses de 16 hommes et femmes, âgés de 18 à 40 ans, qui devaient accomplir une tâche d’endormissement en 24 heures après une séance nocturne.

Ils ont découvert qu’un faible niveau de mélatonine entraînait une réduction significative de la capacité à suivre une tâche après le sommeil nocturne, ainsi qu’un retard dans l’apparition des ondes cérébrales thêta, une activité cérébrale liée à la conscience.

Près de la moitié du groupe d’étude a montré une diminution initiale de la mélatonine, par rapport aux non-résidents, et un grand quart du groupe a montré une diminution significative après l’entraînement.

« Bien qu’il n’y ait pas de preuve directe pour soutenir les suggestions », dit Houston, « il semble raisonnable de s’attendre à ce que ceux qui sont capables d’établir un rythme de sommeil le soir puissent également montrer un certain degré de maintien ».

Comment corriger cela :

Houston et ses collègues ont exclu un blé, ou une plante-herbe commune, de leur plan d’étude. Bien que l’expulsion n’ait été que temporaire, et pendant 24 heures dans le groupe de contrôle, leurs conclusions suggèrent que la baisse des niveaux de mélatonine dans le groupe cette nuit-là pourrait refléter une baisse correspondante de leurs performances.

C’est pourquoi ils suggèrent, en se tournant vers les formateurs croisés, qui sont capables d’enseigner aux élèves la technique de la mélatonine. Si la technologie actuelle le permet, ce groupe pourrait bénéficier d’avantages supplémentaires substantiels en matière de mélatonine.

En outre, les enseignants pourraient être formés de manière à intégrer certains de ces matériels dans leurs plans de cours au profit de leurs élèves. Et si un élève, ou un parent, ou un retraité, n’est pas en mesure de s’occuper de la mélatonine, ces résultats et d’autres encore ne suggèrent pas qu’ils courent un risque élevé de troubles du sommeil ; ils pourraient bénéficier de manière substantielle d’aliments riches en mélatonine.

En effet, selon M. Houston, l’une des raisons impérieuses de donner un avis est que les options suivantes existent :

o Encourager une alimentation à base de plantes (jus ou autre forme de) ;

o Réduire correctement la quantité de sucres raffinés dans son alimentation ;

o Boire de l’eau en excès, trois tasses par jour ;