Nederlands Nederlands Français Français Deutsch Deutsch
Home
Blog

Jacques animateur socio-éducatif nous présente le jardin thérapeutique du centre de soins de Pont-Château

Une nouvelle étape dans notre tour de France des jardins thérapeutiques, nous sommes à Pont-Château, avec Jacques, animateur socio-éducatif et sophrologue du centre de soins de suite et de réadaptation Le Bodio à Pont-Château, voisin des Ehpad Nantes. Il nous présente le projet de jardin thérapeutique de son établissement et les différents usages de celui-ci pour le centre.

Bonjour Jacques, pourriez-vous nous présenter votre parcours? et votre rôle dans le projet de jardin thérapeutique?


L’animation n’est pas la même qu’en EHPAD puisque nous recevons des personnes en suite d’hospitalisation et que les séjours sont cours en moyenne 30 jours environ. Le poste d’animation dans ces conditions demande une grande adaptabilité pour répondre aux différentes attentes qu’elles soient des patients, des familles et de l’institution. Les établissements de santé de petite taille demandent une polyvalence importante et l’on se voit travailler dans différents domaines dans le cadre du projet d’établissement.
Comme exemple j’ai été  avec une collègue infirmière à l’initiative d’un groupe de travail sur l’accompagnement en soins palliatifs,( nous avons 6 lits identifiés soins palliatifs)  je participe au groupe de travail sur l’accueil des patients en soins de suite psychiatrie, au groupe gérontologie et démence, au groupe développement durable …… et la liste est encore longue. La diversité des projets fait aussi l’attrait de ce poste même si parfois la tâche est lourde.“Je suis animateur socio éducatif depuis 28 ans au centre le bodio , après une formation en animation type bpjeps (1985), j’ai suivi une formation de praticien en sophrologie et suis sophrologue depuis 1995. En 2005 j’ai obtenu mon diplôme universitaire d’art-thérapeute à la faculté de médecine de Tours. Mon parcours professionnel s’est en quelque sorte adapté à l’évolution du centre qui est passé de maison de repos à centre de soins de suite et de réadaptation.

En ce qui concerne le projet du jardin j’en suis à l’initiative après une visite à l’association Al’Fa Répit accueil de jour qui a réalisé un jardin thérapeutique . J’ai collaboré à deux de leurs projets par convention avec le centre. Je vous invite à aller sur leur site et à les contacter, ils font un super travail auprès des personnes atteintes dans leur fonction supérieure et auprès des aidants.”

Comment utilisez-vous le jardin au quotidien?

“Nous avons différentes utilisations du jardin.”

Les soins de suite en gériatrie

“L’isolement, la solitude jouent un rôle essentiel dans le processus de glissement. Il sera recherché des moyens adaptés pour rompre cet isolement tels que : la création de goûters thérapeutiques, l’accompagnement des patients au jardin  pour des activités spécifiques ou simplement pour être dans un environnement stimulant.

Une attention particulière sera portée sur les fonctions sensorielles. La prévention est un outil privilégié dans l’établissement au quotidien. Nous préconisons la mise en place d’activités spécifiques tels que : des ateliers mémoire, des activités de stimulations sensorielles (exemples : activités autour de la reconnaissance de sons ou de musiques, des activités autour des odeurs et du goût, des groupes de parole, des activités gestuelles, des ateliers d’écriture, de calligraphie…).

Les facultés à se déplacer, à se mouvoir sont également très importantes. Un travail de prévention sur les capacités à se mouvoir selon ses     possibilités sera une des orientations par la mise en place d’ateliers qui permettent de travailler sur le schéma corporel, l’image et le vécu du corps.”

Les soins de suite en psychiatrie et alcoologie

“Même s’il n’est pas indiqué comme cause principale, l’alcoolisme est parfois le motif principal de l’hospitalisation. Il est donc indispensable de renforcer nos actions auprès de ces patients

Ces patients souffrent de troubles de l’expression et de la communication dans leur relation aux autres et au monde. Par le biais du jardin, il leur sera proposé de s’exprimer, de communiquer, d’établir des relations.

Le rapport au corps chez ces patients est souvent perturbé. Dans ce domaine, nous leur proposerons de participer au jardin (entretien) et aux ateliers jardinage . Par ce biais les patients pourront travailler sur leur schéma corporel, vivre des temps de détente et de relâchement au niveau physique, musculaire et mental.”

Les soins de suite en oncologie  et soins palliatifs

“Il est important de souligner ici que l’accompagnement de ces patients est avant tout une aventure humaine. Sans une humanité profonde, sans cette écoute active, sans ce respect attentif des personnes en soins palliatifs et de leur proche, sans cette recherche et cette réflexion constante sur l’amélioration des pratiques et des prises en charge, les soins palliatifs ne peuvent exister. Cette attitude humaine et humaniste qui permet de prendre le temps de serrer une main, d’offrir une épaule, de partager un sourire, d’écouter et d’entendre les paroles de souffrance, de découvrir l’intensité d’un silence, d’être attentif aux signes de douleur, de partager les moments de doute et ceux de joies… D’être à l’écoute de la vie, de vivre le moment présent.

Le vécu du corps chez ces patients est altéré et les tensions sont exacerbées, la douleur est un facteur supplémentaire de souffrance. Il sera proposé au cas par cas, selon les difficultés physiques et la mobilité du patient des sorties accompagnées dans le jardin, et selon les envies et les possibilités, une participation aux activités.”

Les soins suite de rééducation

“Le jardin thérapeutique favorise la marche (dont les effets bénéfiques ont été fréquemment démontrés) et l’organisation d’activités physiques ludiques qui jouent un rôle de prévention important à de nombreux titres :entretien musculaire, assouplissement des articulations, équilibre psycho-physiologique, prévention des maladies cardio-vasculaires, psychiatriques et pulmonaires notamment.

La marche, incitée par l’agrément des parcours, contribue à conserver les mécanismes locomoteurs, à entretenir les muscles, à améliorer le sens de l’équilibre avec une baisse du nombre de chutes(ou lorsqu’elles surviennent les chutes sont moins graves) , à stimuler l’appétit, …Elle favorise le maintien de l’autonomie et le bien-être des personnes.

Les parcours, par des chemins ensoleillés mais qui évitent l’éblouissement, avec des haltes sur des bancs ou des sièges, permettent d’exposer aux rayons du soleil le visage, les bras, les avant-bras, les jambes afin de favoriser le métabolisme de la vitamine D dont l’état de carence, pendant l’hiver, est générateur de fragilité osseuse. Les personnes âgées plus souples, plus musclées et moins carencées sont moins victimes de fractures.

Le parcours d’activités santé devra être composé d’une suite d’exercices à l’aide d’agrès qui vont chacun solliciter et stimuler différemment les capacités physiques et cognitives de la personne âgée.

Ce parcours est une aide pour favoriser une dynamique mentale d’intégration d’estime de soi,de mieux être et de qualité de vie pour les résidents.”

Ergothérapie et jardin thérapeutique

 Cette activité fait partie des activités de la vie quotidienne chères à l’ergothérapie, à travers ce média l’ergothérapeute offre la possibilité à la personne de (ré)-investir une occupation souvent antérieure…pour nos patients âgés.

Par le biais d’un jardin thérapeutique l’ergothérapeute va jouer un rôle auprès des patients concernant le maintien ou la réhabilitation de leurs capacités fonctionnelles restantes et/ou le maintien ou la réhabilitation de leurs capacités cognitives restantes.

L’ergothérapeute est à même de corréler les contraintes environnementales, les aptitudes qu’exige l’activité jardin avec les potentialités de la personne confrontées à un dysfonctionnement.

L’ergothérapeute va utiliser une méthode qui consiste à prendre soin d’une personne en lui offrant la possibilité de soigner une plante: autonomie et estime de soi sont donc favorisées.

Ainsi l’ergothérapeute est le tuteur du soigné qui est lui même le tuteur  d’une plante.

Au final, le rôle de l’ergothérapeute à travers ce média :

  • Accompagner les patients dans la réalisation d’une activité, ici le jardinage.
  • Proposer des aides-techniques, des outils adaptés, des plans de travail adaptés et des stimulations verbales adéquates.
  • Examiner les différentes tâches de l’activité qui vont stimuler les fonctions atteintes (motrices, cognitives, psychiques et sociales) de la personne. L’avantage du jardinage  réside dans la multiplicité des tâches qu’il implique : semer, bêcher, ratisser…

 De par la multiplicité des tâches, l’ergo va stimuler différentes fonctions comme :

  • Utiliser différents groupes musculaires : utiliser la brouette, semer, couper des branches…d’où renforcement musculaire, motricité fine ou prévention du dos…
  • Stimuler le sens de l’odorat et du toucher en invitant la personne à s’occuper des plantes aromatiques…stimulation de la mémoire sensorielle et favoriser l’émergence des souvenirs.

Il est aussi possible de stimuler la collaboration en proposant une tâche à 2 personnes pour des personnes ayant des troubles affectifs ou comportementaux…

La formation d’ergothérapeute permet d’analyser le « potentiel thérapeutique de l’activité ».”

Question souvent primordiale, comment avez-vous financé le jardin?

“Le jardin a été financé par auto financement d’une part ( vente de mobilier du centre, et vente de tableaux réalisés par des patients dans les ateliers d’art plastique et des tableaux de donateurs) et par l’octroi d’un budget par la direction. D’autre part des dossiers d’appel à projet ont été envoyés auprès de différentes fondations.”

Quels sont vos prochains projets?

“Nous venons de réaliser notre projet d’établissement pour 2014 / 2018 donc les projets en tous genres ne manquent pas. En ce qui me concerne je souhaite réaliser un projet de rénovation du parc de l’établissement. En effet nous sommes au milieu d’un parc boisé de 8 hectares (ancien parc du château voisin) mais il est peu accessible et demande à être rénové et aménagé. C’est un très gros projet qui va demander beaucoup de travail et de temps. Définir point par point le projet, rechercher des partenaires tant techniques que financiers, et si tout va bien passer à la réalisation. Mais cela pour 2015 2016 2017 voir 2018.”

Merci beaucoup Jacques pour cette présentation très intéressante des différentes approches dans lesquels le jardin thérapeutique pour un centre de soins de suite et réadaptation. Il semble essentiel d’avoir un tel lieu pour l’équilibre des patients et du personnel dans un établissement. Le jardin finalement c’est la vie.

Et vous, avez-vous un jardin thérapeutique dans votre établissement? Quelles activités en lien avec la nature avez-vous mis en place?