Nederlands Nederlands Français Français Deutsch Deutsch
Home
Blog

L’Ehpad La Roseraie à Sains du Nord a créé un jardin thérapeutique à la demande des résidents

Nous démarrons notre tour de France des jardins thérapeutiques ou sensoriels par celui de l’Ehpad“La Roseraie”  à Sains du Nord. Audrey Lindor, adjointe administrative, nous présente le jardin de l’établissement et la démarche pour le mettre en place.

Bonjour Audrey, pouvez-vous nous présenter votre jardin thérapeutique ?


Comment en avez-vous eu l’idée de créer ce jardin?
“Notre jardin thérapeutique a été créé en 2012 grâce aux crédits alloués par le Conseil Général du Nord et inauguré en avril 2013 en présence du Maire et Président du Conseil d’Administration et d’un Conseiller Général du Nord. Deux bacs ont été entièrement confectionnés par notre ouvrier d’entretien, Monsieur LECLERCQ Eric. Les résidents participent activement à cette activité qui est organisée une fois par semaine.
Ce jardin a été créé dans une partie du parc complètement sécurisée, ce qui permet aux résidents de s’y rendre quand ils le souhaitent.”

“Nous organisons régulièrement des enquêtes de satisfaction et des sondages auxquels participent nos résidents. Une commission d’animation se réunit une fois par trimestre à laquelle sont conviés les résidents, familles, bénévoles et membres du personnel. Tous ces moyens nous ont permis de recueillir les suggestions et les besoins des résidents, et nous ont permis de comprendre que les personnes âgées ont avant tout besoin de retrouver des loisirs d’avant leur entrée en structure. Des loisirs de la vie quotidienne, dont le jardinage. Nous avons donc décidé de créer ce jardin.”

L’idée est donc venue des résidents eux-mêmes. Avez-vous pris exemple sur d’autres établissements pour le mettre en place?

“Nous avions l’idée, mais ne savions pas comment la concrétiser. Nous savions que d’autres établissements avaient créé leur jardin et avons donc demandé des conseils.”

Quels étaient les objectifs au départ du jardin thérapeutique ?


Comment les résidents sont-ils impliqués dans le jardin ? Que font-ils concrètement ?
“L’objectif était de proposer au résident de retrouver une activité qu’il avait l’habitude de faire au domicile. Il s’agit de ne pas occuper le résident, mais qu’il devienne acteur de la vie de l’établissement.
L’objectif second était de pouvoir en faire bénéficier tous les résidents de l’EHPAD. C’est pourquoi nous avons créé des bacs surélevés, permettant aux résidents en fauteuil roulant de participer à l’activité.”

“Et bien les résidents sont les premiers à demander à se rendre au jardin… et sont réellement devenus acteurs du projet. Ils participent au “nettoyage” du jardin en début de printemps et sèment les graines. Un résident a même la responsabilité de l’arrosage.”

Quels bienfaits tirez-vous du jardin ?

“Il faut avouer que les résidents se sentent bien dans leur jardin. C’est un endroit calme qui permet à certaines personnes âgées de se reposer. Il arrive d’ailleurs que certains pensionnaires refusant de participer à l’activité acceptent volontiers de se rendre au jardin pour voir les autres résidents jardiner.”

Diriez-vous que le jardin thérapeutique a changé la vie de l’établissement ?

“Oui. Et pourtant, il faut bien avouer que le jardin n’a pas été un succès dès le départ. Il faut trouver la manière d”‘inviter” le résident à participer à l’activité ce qui n’est pas toujours évident.
Aujourd’hui ce sont les résidents qui demandent à participer au jardinage.
Le jardin thérapeutique est devenue une référence pour les familles et un point fort de l’animation pour notre établissement.”

Avez-vous des anecdotes liées au jardin ?

“Oui, une en particulier me revient en mémoire. Un résident qui une fois s’est permis de donner des conseils, très poliment, à l’animatrice : “ce n’est pas comme ça qu’il faut faire”.”

Est-ce que le jardin a connu des évolutions depuis mise en place ? Quelles sont les prochaines étapes ?

“Non, mais un projet d’agrandissement est en cours de réflexion à la demande des résidents qui souhaiteraient également semer des fleurs. C’est pourquoi, nous travaillons actuellement sur le projet de création de deux bacs supplémentaires.”

Pour donner un ordre d’idées aux directeurs qui nous lisent, comment avez-vous financé le jardin? Quels conseils donneriez-vous aux établissements qui veulent se lancer?

“Le jardin a été financé grâce aux crédits alloués par le Conseil Général du Nord. Nous avions tout d’abord déposé une demande de subvention à plusieurs organismes. Mais cette subvention avait été refusée. En revanche, le Conseil Général nous a attribué un crédit de 1000 Euros au budget de l’établissement pour la création du jardin.
L’atout principal d’un projet comme celui-ci est d’y associer l’ensemble des résidents mais aussi les familles, les membres du personnel et les bénévoles.”

Quels sont les prochains projets de l’établissement ?

“Pour un établissement aussi petit que le notre (40 lits), nous avons de multiples projets en cours de réflexion.
Pour cette année, notre grand projet est la re-décoration des couloirs de l’établissement et des portes de chambres sur le thème des 5 continents : Amérique, Océanie, Asie, Europe et Afrique. L’objectif de ce projet est de créer un parcours découverte pour la personne âgée autour des traditions, des paysages, de la gastronomie, de la culture de ce monde en y associant plusieurs sens : la vue, le toucher, l’odorat et l’ouïe. C’est un grand projet dans lequel les résidents s’impliquent entièrement.
Pour l’année 2019, nous devrions mettre en place une salle d’effleurage et le projet d’acquisition d’un minibus adapté aux personnes à mobilité réduite.”

Merci Audrey pour cette belle présentation de votre jardin, les résidents sont vraiment au cœur de la démarche, ce qui assure son succès et les jolis développements futurs. C’est avec plaisir que nous aimerions partager d’autres présentations des moments de vie de votre établissement.

Et vous, avez-vous un jardin thérapeutique dans votre établissement? Quels activités réalisez-vous? Comment impliquez-vous les résidents?